Contenu

2015

Des années qui se suivent mais ne se ressemblent pas

Depuis 2012, le programme de repeuplement français a permis le transfert de plus de 3t de civelles chaque année. En 2015, ce sera seulement 1.2t de civelles qui auront été alevinées dans les zones favorables identifiées par les COGEPOMI. Seules trois actions auront partiellement abouties sur les UGA GDC (la Charente et le lac de Lacanau) et BRE (la Vilaine). Ces actions ne permettent pas de s’approcher des objectifs visés en début de saison qui prévoyaient un repeuplement de 4t de civelles.

Des aléas climatiques, des contraintes administratives et financières

Le 6 février 2015, suite à des évolutions des règles de financement à l’échelle européenne, la moitié des porteurs de projets apprenait que n’étant pas reconnus de droit public, ils ne pouvaient plus prétendre complètement aux subventions du ministère. Les structures concernées (OP, AAPPED, ADAPAEF) n’avaient pas les ressources financières pour assurer une telle évolution et ont été contraints d’abandonner leurs projets. La saison avance, les productions baissent et, sur certaines régions, les conditions de pêches ne sont plus favorables à la capture de civelles. Ces conditions bloquent les porteurs de projets qui ne peuvent pas mettre en œuvre une opération pour des quantités trop éloignées des objectifs initiaux. Des solutions doivent impérativement être trouvées pour la prochaine saison afin de réaliser des actions de repeuplement à la hauteur des engagements français.